Un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé publié le 14 mai 2014 révèle que la dépression est la première cause de maladie chez les 10-19 ans. Et selon les dernières études, 4 à 6 % des jeunes de 15 à 25 ans présentent des troubles psychiques selon une étude de la Fondation Pierre Deniker.

En France, dans une société à mutation rapide, la santé mentale des jeunes et notamment des adolescents est depuis peu considérée comme une priorité de santé publique, elle se doit de l’être…

Sans intention de se substituer aux institutions classiques, l’association Cours Singulier travaille de concert avec l’éducation nationale et le conseil général. Par nos résultats et notre professionnalisme, nous avons su obtenir la confiance des psychiatres des hôpitaux de Poissy, Solenne, Saint-Cyr-l’Ecole, Théophile Roussel ainsi que des établissements scolaires Jeanne d’Albret, Louis Lumière, Jean Moulin, Collège Mozart ainsi que celle du CIO de Versailles.
Des partenaires avec qui nous travaillons depuis plusieurs années et avec qui nous avons pu établir une relation étroite entièrement dévouée à nos élèves.

Depuis 2010, date de création de l’école du Pecq, la reconnaissance des élèves et la confiance de leurs parents nous ont confortés dans notre rôle, nous incitant à poursuivre notre action et à la développer. Afin de faire face à une demande croissante d’inscriptions, l’association s’investit pour l’ouverture de plusieurs écoles et ainsi augmenter sa capacité d’accueil.
En 2016, le Cours Singulier ouvrira prochainement les portes d’une seconde école à Paris et devient une “Association reconnue d’intérêt général”.

La phobie scolaire peut se définir par cette situation, d’un ou d’une élève possédant toutes les facultés pour réussir sa scolarité et qui malgré son envie d’aller à l’école, au collège ou au lycée se trouve dans l’incapacité de se rendre en cours.

Quelle en serait la cause ? Les causes sont spécifiques à chaque élève, elles peuvent être environnementales comme le harcèlement ou individuelles comme la phobie du lien social, les troubles anxieux… ou une conjonction de plusieurs de ces facteurs. Selon les études, l’estimation la plus couramment admise est que la phobie scolaire concerne de 1 à 5% de la classe d’âge des 12-19 ans scolarisés et touche aussi bien les bons élèves que les moins bons.

La phobie scolaire, qu’elle qu’en soit la cause, est souvent synonyme de déscolarisation partielle ou totale entraînant un repli sur soi, et un risque de désocialisation. Notre premier devoir est d’accueillir ces élèves dans un environnement stable et rassurant. Il est donc essentiel pour le Cours Singulier de proposer à ces « enfants à problèmes » un format scolaire adapté. Et de considérer que les problèmes ne sont qu’une suite de difficultés à résoudre… Retrouver confiance en soi, développer ses capacités dans le plaisir d’apprendre, de partager, redonner des perspectives positives et se bâtir un avenir de connaissances. Les questions que posent ces enfants impliquent que les professeurs du Cours Singulier, tous certifiés, adaptent leur pédagogie et proposent une éducation profondément humaniste.

De par sa structure et son expérience, le Cours Singulier permet d’appréhender les difficultés de ses élèves dans leur ensemble, de répondre à leurs attentes ainsi qu’à celles de leurs parents. Les adolescents sont placés au centre d’un dispositif élaboré en concertation avec l’éducation nationale et les services de soins qui leur sont nécessaires. A leur écoute, parents, professeurs, psychologues, éducateurs spécialisés et hôpitaux de jour travaillent de concert afin de leur faciliter l’accès à l’éducation. Le Cours Singulier assure la réussite de ce dispositif par un environnement stable, le travail en groupe restreint, les cours particuliers et des horaires adaptés à chacun. Il en résulte une confiance retrouvée en eux-mêmes, envers les autres ainsi qu’une affirmation quant à leurs capacités propres. En surmontant ensemble les difficultés, les élèves entourés et aidés par tous les acteurs de ce dispositif, redeviennent ce qu’ils ont toujours été et ce qu’ils auraient toujours dû être, des enfants sans problèmes…